samedi 17 juin 2017

RDVAncestral - L'alphabet d'Isabelle

 « Mais passez donc me voir » m’écrit Mademoiselle Amandine Bachasse institutrice communale à Montmeyran dans la Drôme en 1896. Tiens donc et si je saisissais l’occasion offerte de me rendre à l’école primaire de ma grand-mère maternelle Isabelle ARNOUX ?

Je laisse de côté les écoles du village où vont les enfants de la partie ouest de la commune. Je sais qu’Isabelle - comme ses sœurs Désirée et Nésida -  sont allées à l’école primaire du hameau des Dinas ainsi que les autres enfants de la partie est de Montmeyran.  Pas loin, l’école de garçons du hameau des Rorivas a vraisemblablement accueilli leur frère Bénoni.

L’école de filles des Dinas existe depuis 1856. Au départ sous la loi Guizot, c’est une école confessionnelle protestante où les études sont payées par les familles, avec une aide de la commune pour la scolarité des enfants indigents, commune qui assure aussi le traitement du maître protestant. Avec la loi de 1881 sur l’enseignement de Jules Ferry, il s’agit de l’enseignement public et laïque et l’école a été remise à l’Etat. 


Collection personnelle
 
Ayant rêvassé, je suis en retard. Je n’ai pas vu partir plusieurs enfants  du hameau des Dorelons et marcher d’un bon pas vers le hameau des Dinas pour rejoindre leur école.

Au moins deux fois par jour, si ce n’est quatre, c’est un bon kilomètre que doivent faire à pied Isabelle et ses petits camarades. Il n’est pas question de musarder le long de la rivière l’Ecoulay sur la gauche pour repérer d’éventuelles truites ou de lorgner les nids dans les arbres.

Avec la température clémente de juin, les fenêtres de la salle de classe sont ouvertes, j’entends  la maitresse. Melle Bachasse m’aperçoit, me fait signe et m’invite à entrer dans l’école. Les enfants étonnés se lèvent aussitôt, et claironnent « bonjour Madame  » Oups voilà j’y suis !

Bon comment l’institutrice va me présenter ? Celle-ci inventive dit « c’est une ancienne élève qui a quitté la région et qui se demande comment se déroule la classe maintenant. Les enfants faites comme si elle n’était pas là » 

Les élèves se rassoient et replongent le nez sur leur ardoise, alors que je m’installe tant bien que mal sur un banc d’école au fond.

Coup d’œil dans la pièce : le tableau noir sur lequel on écrit à la craie, l’éponge pour effacer. Tiens quand j’étais petite c’était une brosse.  Le bureau de la maîtresse sur une  estrade. Le plan incliné du bureau des écolières, les trous où sont installés les encriers blancs avec l’encre violette et à côté le porte-plume et pas loin le buvard.

Coup d’œil aussi sur les élèves, toutes portent une blouse pour protéger leurs vêtements. Je repère ma grand-mère Isabelle née en 1888, elle est âgée de 7 ans, des yeux bleus, blondinette aux cheveux fins qui sont tressés.

Elle est dans le niveau élémentaire et doit trouver la solution à des questions d’arithmétique : 12 mètres de drap ont couté 204 francs : quel est le prix d’un mètre de drap ?

Une personne gagne 218 francs par mois et dépense en moyenne 7 francs 25 par jour : quelles sont ses économies annuelles ? Je vous vois sourire : ne pas sortir le boulier électronique et il convient de trouver la bonne réponse.

Les petits du niveau préparatoire ont seulement à résoudre : une marchande a vendu au marché 3 douzaines d’œufs, combien a-t-elle vendu en tout ?

L’institutrice se déplace entre les bureaux pour regarder les calculs sur les ardoises, et incite ensuite les élèves à donner les réponses en fonction des doigts levés. Les gamines en profitent pour observer le fond de la classe et la curieuse intruse.

Si elle suit, pour les différents niveaux de sa classe, les propositions de sujets et d’exercices du journal d’enseignement qu’elle reçoit, Melle Bachasse essaie aussi d’innover un peu.

« Bon maintenant, on révise le vocabulaire appris en prenant toutes les lettres de l’alphabet. » Tiens donc, une petite musique de juin.

Des mots sont égrenés facilement : abeille, canard, dindon, fontaine, gerbe, hache, jardin, lapin, noisette, œuf. Le rythme se ralentit avec le Q : la quenouille doit pourtant être encore présente dans les foyers, pour le violon c’est moins sûr. Et quant aux X Y Z je vous laisse découvrir.

Gallica - Alphabet des enfants sages


Je ne vous dirai pas les mots trouvés par Isabelle, c’est un secret. Le soir en rentrant sa grande sœur Désirée peut la conseiller pour ses devoirs, car sa sœur Nésida est pensionnaire pour devenir institutrice comme le sera la benjamine ma grand-mère. Jean Pierre ARNOUX et Noémie Olympe LAGIER mes arrières grands-parents, agriculteurs, tenaient à ce que leurs filles poursuivent leurs études.

Isabelle ne sait pas que j’ai évoqué son aïeul Jacques ARNOUX  ici.
Va-t-elle penser que je l’ai espionnée ?

Se pencher sur l’Instituteur pratique ou autre revue similaire est fort instructif pour se faire une idée de ce qui était enseigné et demandé aux élèves de la fin du 19ème siècle, à défaut d’avoir les cahiers de son ancêtre.

C’est le recensement qui m’a livré le nom de la maîtresse de ma grand-mère Isabelle ; Amandine Bachasse, célibataire, est née en 1849 à Saint-Romans en Isère.

Voilà je suis retournée à l’école.


Sources
L’Instituteur pratique : journal d’enseignement primaire juin 1895 
Réponses  17 francs, et 293.75 francs et 36.

2 commentaires:

  1. Allons à l'école, quel joli rendez-vous parmi tous ces écoliers auprès desquels on aimerait s'attarder pour assister à la leçon de choses sur les hannetons où la giroflée...
    Voilà que je mêle mes souvenirs aux tiens, c'est dire comme je suis entrée dans ce rendez-vous ancestral de juin. #RDVAncestral

    RépondreSupprimer
  2. Tiens, Xérès et Yatagan, comme dans mon alphabet choisi pour le Challenge AZ : ces mots devaient être à la mode au temps de nos grands-mères...
    Très belle évocation de cette école, effectivement on s'y croirait... Bravo !

    RépondreSupprimer